Gagnants des prix SCBM 2020

Le Prix Nouveau scientifique de la SCBM

Le prix du nouveau chercheur de la CSMB récompense les recherches méritoires dans un ou plusieurs domaines de la biochimie, de la biologie moléculaire ou cellulaire au Canada. Les lauréats ont dix ans ou moins d’expérience en recherche indépendante et font preuve de réalisations exceptionnelles en recherche.

Dr. Greg Fairn

Greg Fairn - image source: St-Michael's HospitalStaff Scientist, St. Michael’s Hospital, Unity Health Toronto; Associate Professor, Departments of Surgery and Biochemistry, University of Toronto

Greg Fairn a obtenu son doctorat de l’Université Dalhousie en 2007 après avoir étudié la génétique des levures, la biochimie des lipides et la biologie cellulaire dans le laboratoire du Dr Chris McMaster au Département de biochimie et de biologie moléculaire. Il a ensuite rejoint le Hospital for Sick Children de Toronto pour travailler avec le Dr Sergio Grinstein. Ses travaux postdoctoraux ont porté sur la biologie des macrophages, la phagocytose, la polarité cellulaire et la microscopie avancée. Le programme de recherche du Dr Fairn continue à se concentrer sur la biochimie des lipides et des membranes et son importance pour la biologie et la physiologie cellulaires. Les projets en cours portent sur l’étude du rôle des sites de contact ER-phagosome, la phagocytose des agents pathogènes et des cellules apoptotiques, la lipidation des protéines, les nanodomaines membranaires et le trafic vésiculaire. Ces processus sont étudiés dans le contexte des maladies cardiaques, de la biologie du cancer, des infections et des inflammations. Auparavant, le Dr Fairn a reçu le prix Walter Shaw Young Investigator Award de l’American Society for Biochemistry and Molecular Biology, un Early Researcher Award du ministère de l’Innovation de l’Ontario et un New Investigator Award des Instituts de recherche en santé du Canada. Les recherches du Dr Fairn sont actuellement financées par les Instituts de recherche en santé du Canada et le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada, et auparavant par la Fondation J.P. Bickell et le Consortium canadien sur la neurodégénération dans le vieillissement.


Prix du Scientifique chevronné de Canadian Science Publishing

Ce prix reconnait des scientifiques canadiens d’exception qui se sont distingués par des accomplissements remarquables en recherche en biosciences moléculaires, qui se sont également impliqués dans la communauté par l’enseignement, le leadership et/ou d’autres contributions.

Dr. Daniel Durocher

Daniel Durocher - Photo credit: Matthew Plexman PhotographySenior Investigator and Director of the Biomedical Program, Lunenfeld-Tanenbaum Research Institute; Professor, Department of Molecular Genetics, University of Toronto; Thomas Kierans Chair in Molecular Mechanisms of Cancer Development; Canada Research Chair (Tier 1) in Molecular Genetics of the DNA Damage Response

Le Dr Durocher a grandi près de Montréal et a obtenu un B.Sc. en biochimie à l’Université de Montréal avant d’obtenir un doctorat en médecine expérimentale à l’Université McGill. Le Dr Durocher a entrepris sa formation postdoctorale et a établi son groupe au Lunenfeld-Tanenbaum Research Institute à Toronto, où il se trouve depuis. L’intérêt primordial du Dr Durocher réside dans la compréhension de la façon dont les cellules maintiennent l’intégrité du génome, en mettant l’accent sur la détection, la signalisation et la réparation des cassures des doubles brins d’ADN. Le Dr Durocher a reçu de nombreuses récompenses pour ses travaux, dont le prix Paul Marks 2015 du Memorial Sloan-Kettering. Le Dr Durocher a également cofondé Repare Therapeutics, une entreprise de découverte de médicaments en oncologie qui vise à découvrir de nouveaux médicaments basés sur le principe de la létalité synthétique qui ciblent l’instabilité du génome du cancer, basée à Montréal.


Conférence d’honneur Jeanne Manery Fisher

En l’honneur de feu Jeanne Manery Fisher, professeure de biochimie à l’Université de Toronto, une femme éminente sera choisie pour ses accomplissements scientifiques par la société et présentera une conférence d’honneur au congrès annuel de la Société. Dre Fisher était non seulement une biochimiste exceptionnelle, elle était également une enseignante remarquable. Elle a été très impliqué dans la formation du Comité de diversité de la Société, et s’est battue pour les femmes en sciences.

Dr. Susan Cole

Susan Cole - image source: Queen's UniversityBracken Chair in Genetics and Molecular Medicine and Allie Vibert “Vi” Douglas Distinguished University Professor, Queen’s University

La Dre Susan Cole a rejoint le professorat de Queen’s après son B.Sc. (biochimie), son doctorat (pharmacologie) et sa formation post-doctorale aux National Institutes of Health (biologie moléculaire). Elle a été chercheuse pour Action Cancer Ontario, titulaire d’une chaire de recherche du Canada de niveau 1 et première vice-principale de l’université Queen’s. En utilisant des approches multidisciplinaires, son laboratoire s’est consacré à la compréhension des mécanismes biochimiques qui limitent l’efficacité de la chimiothérapie contre le cancer. La Dre Cole est surtout connue pour sa découverte et sa caractérisation de la MRP1/ABCC1, une protéine membranaire en cassette se liant à l’ATP qui agit comme une pompe d’efflux d’anions organiques multidrogues et physiologiques. Elle a publié plus de 240 articles de recherche qui ont été cités plus de 28 000 fois, et a été le principal mentor de plus de 60 étudiants diplômés et stagiaires postdoctoraux. Le Dr Cole a également apporté une contribution importante à l’American Association for Cancer Research et à l’American Society for Pharmacology and Experimental Therapeutics. Elle a été rédactrice adjointe et principale de Molecular Cancer Therapeutics et a fait partie du comité de rédaction du Journal of Biological Chemistry, Cancer Research, and Molecular Pharmacology. La Dre Cole a reçu de nombreuses récompenses pour ses recherches, notamment : le prix du jubilé de diamant de l’Institut national du cancer du Canada, le prix du scientifique principal de Pfizer (Société pharmacologique du Canada) et le prix du 25e anniversaire de PARTEQ Innovations pour la « technologie la plus licenciée ». Elle est membre élue de la Société royale du Canada et de l’Académie canadienne des sciences de la santé, et a reçu la médaille du jubilé de diamant de la Reine Elizabeth II.


CSMB Arthur Wynne Gold Medal

La médaille d’or Arthur Wynne de la CSMB est remise à une ou plusieurs personnes qui ont apporté une contribution majeure à la biochimie, à la biologie moléculaire et cellulaire au Canada au cours de leur carrière. Les récipiendaires de ce prix pour l’ensemble de leur carrière ont généralement atteint un profil international dans le domaine de la recherche, ont joué un rôle majeur dans le développement et la promotion de la discipline au Canada et ont de longs états de service au sein de la communauté universitaire. La médaille est nommée en l’honneur du professeur Arthur M. Wynne, premier président de la Société, et a été créée en 2007 pour célébrer le 50e anniversaire de la CSMB.

Dr. Anne-Marie Mes-Masson

Anne-Marie Mes-Masson - Credit photo CHUMProfesseure, Département de médecine, Université de Montréal ; directrice associée, Recherche fondamentale et translationnelle, Centre de recherche du Centre hospitalier de l’université de Montréal (CRCHUM) ; directrice du Réseau de recherche sur le cancer du Fonds de recherche du Québec – Santé (FRQS) ; coordonnatrice du nœud québécois de l’Institut de recherche Terry Fox

La Dre Mes-Masson a suivi une formation d’oncologue moléculaire et a obtenu son doctorat au département de microbiologie et d’immunologie de l’Université McGill en 1984. De 1984 à 1986, elle a effectué des études postdoctorales à l’Institut de biologie moléculaire de l’Université de Californie à Los Angeles, dans le laboratoire du Dr Owen Witte, où elle a été la première à cloner le transcrit BCR-ABL complet impliqué dans la leucémie myélogène chronique. Après une courte période comme associée de recherche à l’Institut de recherche en biotechnologie, la Dre Mes-Masson a rejoint l’Institut du cancer de Montréal et le département de médecine de l’Université de Montréal en 1989. Professeure titulaire depuis 2001, le Dr Mes-Masson a été directrice scientifique de l’Institut du cancer de Montréal et directrice de la recherche sur le cancer au Centre de recherche du Centre hospitalier de l’université de Montréal (CRCHUM) de 2003 à 2018. En 2017, elle a accepté le poste de directrice associée, Recherche fondamentale et translationnelle, au CRCHUM. En 2003, la Dre Mes-Masson a été nommée directrice du Réseau de recherche sur le cancer du Fonds de recherche du Québec – Santé (FRQS), un réseau provincial de recherche sur le cancer regroupant plus de 100 scientifiques qui se consacrent à la recherche translationnelle et clinique sur le cancer (www.rrcancer.ca). La Dre Mes-Masson est une membre fondatrice du Réseau canadien de banques de tumeurs qui se concentre sur l’amélioration de la capacité et de la qualité des biobanques pour soutenir la recherche (www.ctrnet.ca). En 2008, la Dre Mes-Masson a été nommée coordonnatrice du nœud québécois de l’Institut de recherche Terry Fox (IRTF). La Dre Mes-Masson est l’auteure de plus de 250 publications dans le domaine de la recherche sur le cancer. En plus de son travail de pionnière dans le domaine des biobanques, ses recherches des trois dernières décennies ont porté principalement sur le cancer des ovaires et de la prostate. Tout en maintenant un programme actif de recherche fondamentale qui se concentre sur les événements moléculaires qui contribuent à l’initiation et à la progression du cancer, la Dre Mes-Masson a également mis en place un programme de recherche translationnelle largement axé sur la prestation d’une médecine personnalisée en oncologie. Ses récentes recherches fondamentales portent sur la prédiction des réponses thérapeutiques et le développement de nouveaux agents thérapeutiques pour les cancers des ovaires et de la prostate.